Des cercles vicieux, tout plein...

Publié le par Chat noir

Tu montes, jusqu'en haut de la rue, tu tournes à gauche, ensuite tu redescends par la rue parallèle... Elle n'est pas vraiment parallèle puisqu'elle coupe la rue que tu as monté précisément au niveau de ton point de départ.

En chemin, tu rencontres lui, l'autre,  puis l'autre autre et le quatrième... vous vous faites quatre bises, c'est fou cette inflation des bises, il y a quelques années on en était juste à deux...

Tu remplis deux sacs plastiques transparents de provisions : les six baguettes quotidiennes et les sacs de lait qui pendouillent comme deux seins fatigués...

Une fois la boucle (qui était en fait un triangle) bouclée, tu te retrouves au point de départ... Putain,  tu tournes en rond... tu n'es pas le seul.

La ronde absurde d'un quotidien sans saveur, sans ambitions et sans émotions résume la vie de millions d'algériens. Certains téméraires quittent violemment leur orbite en jetant leurs espoirs dans des barques de fortune... Telles des comètes fatiguées, beaucoup d'entre eux finissent éteints au milieu de l'immensité marine. Mais la ronde perpétuelle et insensée des autres continue... entretenue par un pouvoir qui lui même tourne en rond sur un cercle de plus en plus étroit... de plus en plus insupportable.

Croyant égayer la trajectoire des foules, on l'a ornée des portraits d'un vieillard usé dont le regard éteint était supposé insuffler l'espoir... Et à toi, il donne des envies de suicide.

Publié dans Lebled

Commenter cet article