Un commerce comme un autre

Publié le par Chat noir

La boutique est sommaire : Une planche supportée par deux tréteaux.

La marchandise est soigneusement disposée sur l'étalage de fortune.

Dans sa jeunesse, le vendeur, le frère Abou Obeida, était un vulgaire marchand de cigarettes qui s'appelait Hichem alias Errendou. Il s'est reconverti quelques années plus tard dans la vente à la sauvette de sous-vêtements féminins d'importation. Aujourd'hui Alhamdoullilah, il a abandonné ces surnoms de gamins et ce commerce de poison et d'affriolants dessous pour se consacrer à écouler une marchandise moins nocive pour les poumons et les yeux concupiscents et plus bénéfique pour l'âme.

Il y a quelques exemplaires du Coran de toutes tailles, du modèle grand format pour veilleur pieux au modèle minusucle qui s'accroche avec une épingle à nourrice sur le pull de bébé.
Il y a aussi toutes sortes de couvre-chef. Errendou... heu pardon... Abou Obeida n'est pas sectaire. On peut trouver chez lui aussi bien la 3arraquia de grand père que le bout de tissu salafiste en passant par le chapeau afghan. Aucune tendance n'est favorisée.

D'après Abou Obeida, ce qui marche le mieux et de très loin, ce sont les produits d'entretien. Le musc vendu dans de minuscules flacons livrés inchallah directement de là bas, de la maison de Dieu et le 3oud Al Arak qui remplace à la fois le dentifrice et la brosse à dents. Moi je dis avec toutes les vertus attribuées à ce bâton nettoyeur, je me demande comment Colgate ne l'a pas integré dans tous ses tubes de dentifrice. Si ça se trouve ils ne le connaissent pas. Y a qu'à breveter l'idée et la leur vendre pour une fortune... Enfin bon, si je dis ça à Abou Obeida, il va croire que je me moque.

Le vendredi matin, le jour où il fait 80% de son chiffre d'affaires, Abou Obeida se met sur son 31 : qamis immaculé, la barbe taillée au mm près. Malgé son sérieux, ses inchallah, les salam 3alikoum qui ponctuent ses conversations avec les clients, je ne peux m'empêcher de voir Errendou distribuant des cigarettes l'unité à des jeunes fauchés ou des strings en dentelle à des jeunes aguicheuses d'époux.

Publié dans chatnoir

Commenter cet article