Assis sur le quai...

Publié le par Chat noir

C'était il y a deux jours.

J'étais assis sur un rocher, seul face à la mer.

L'air avait quelque chose de délicieux. Une petite brise salée me caressait la joue.

L'idéal... le paradis tout cela n'existe pas. Du moins c'est ce que je crois... c'est ce que j'ai toujours cru mais dans l'extase de ce moment, j'étais prêt à faire une exception.

Le paradis existe... pendant les quelques secondes d'une illusion crée par le concours d'une nature clémente et une disposition soudaine à croire .

Les paroles du grand Otis Redding me reviennent soudain à l'esprit : "Assis sur le quai de la baie... à perdre mon temps..." fredonnait-il.

Seule cette mélodie avait la magie capable de sublimer mon moment.



 

Publié dans Torturé

Commenter cet article

Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ 05/02/2012 15:55


Alors je choisis ce billet pour le commentaire de la fin et parce que c’est celui qui me ressemble le plus, j’ai fais la bêtise de lire votre blog d’un coup (presque 4 billets/ jour) et
l’expression qui le résumerai a mon avis est : douce douleur sans vouloir détailler dans le SM .


Je suis passée par moult émotions du rire aux larmes,de l’espoir à la déprime ,ce qui m’a le plus troublé c’est que je me reconnais dans  chaque billet et quand je dis troublé le mot est
faible … tel un  boomerang beaucoup de souvenirs sont revenu d’un coup …aye c’est dure.


Au fil des lectures on apprend à connaitre l’écrivain ou blogueur, il existe deux partis bien distinctes, un peu comme avant et après JC : la première correspond à un homme agressif, en colère,
frustré,  perdu, …la seconde a un homme qui a peu a peu trouvé un certain repaire, ou un sens a sa vie : calme, mature, en paix avec lui-même …rabi yahfedhalek wey khalihalek .


J’ai appris bien des choses aussi et ça c’est un vrai plaisir …que de stimulus neuronus … appris sur moi  aussi au fil de mes commentaires (auto-analyse oblige) j’ai réalisé que j’avais
besoin d’écrire (blogging ??? bof je ne sais pas si je peux assumer de partager autant).


Vous avez un cœur biadh comme la neige (hehe pour rester dans l’actue) ,une modestie qui se fait rare, une générosité  sans borne(il en faut pour avoir partagé tout ça)et une sensibilité (a
comprendre des femmes bien que vous etes un homme)…


bon j’arrête -_-‘’ vous allez avoir la grosse tête.


Elmohim vous méritez tout le bonheur du monde …rabi ya3tik wech tetmanah …et j’espère que vous aurez des enfants pkoi ? Bon sang nous avons besoin de bonnes graines dans ce pays , mais surtout
surtout ne vous arrêtez pas d’écrire vous avez un don. 


 


Merry Mawlid Nabawi .

chatnoir 05/02/2012 21:16



Tu me fais une analyse de profil ou quoi Farasha (étonnant le dessin! comment a-t-il été fait)...


Chez moi, le besoin d'écrire est irrépressible, le satisfaire sur un blog et vouloir qu'il soit lu relève d'un peu ou (de beaucoup?)  d'égocentrisme et d'une certaine mégalomanie... quand on
fouille encore un peu, même la modestie et la générosité sont dans une certaine mesure une façon de se faire valoir... Aucun être humain n'échappe au désir de trouver un peu estime de soi dans
l'estime des autres...


Sinon, un lapsus calami t'a fait écrire repaire au lieu de repère... c'est juste. Mais je n'ai jamais été perdu Farasha donc au niveau repère, ça va. Mais au niveau repaire, dans le monde réel,
loin d'Internet, bien que chat, donc animal domestique, j'étais lorsque j'ai ouvert ce blog, il y a presque 4ans, en quête d'un repaire à l'écart de la civilisation ambiante où j'étouffais, où
une féline téméraire se risquerait à me rejoindre malgré tout ce que la bonne société accole de négatif à ce mot : repaire de brigands, repaire d'animaux dangereux... c'est tout.


 


Si tu fête al mawlid ennabawi, aidek sa3id mais moi qui suis un wahaabite quand je perds vraiment la boussole, je crois que c'est une "bid3a".