De l'art de déverser ses frustrations sur la première personne qui se montre disponible

Publié le par Chat noir

Une vive querelle a opposé ces derniers jours quelques protagonistes bloggeurs de cette plateforme.

Il n'y eut pas véritablement débat, plutôt dialogue de sourds, un échange d'injures et d'insultes mais cela n'en était pas moins intéressant.

Intéressant parce que révélateur d'un état d'esprit que j'avais déjà maintes fois remarqué dans ce pays.

Un groupe d'habitants d'une petite ville ouvrent un blog, un lieu d'échange sur les problèmes de leur ville, un lieu où il organisent des actions caritatives en collectant des fonds.

Franchement, quand on voit cela, peu importe son orientation idéologique on a envie d'encourager ou à la rigueur de se taire (la mienne d'orientation est affichée sans retenue sur ce blog et elle est diamétralement opposée à celle de la majorité des intervenants du blog en question. Mais la mienne me regarde, la leur les regarde, si combat il doit y avoir pour moi, c'est pour que toutes les orientations puissent coexister dans la tolérance).

Mais ce n'est pas comme cela que ça se passe. On demande au petit bénévole ce qu'on n'ose pas demander aux autorités dont c'est la rôle y compris de subir toutes les revendications et sollicitations de toutes sortes.

En Algérie, quand quelqu'un prend une initiative quelconque, il est :

1) Immédiatement suspecté. Et pas que par les autorités qui voient l'émergence d'une concurrence politique, surtout et malheureusement par le citoyen sceptique, intrigué et jaloux. Pourquoi tu fais ça? Hein? Pour la gloire? Hein, c'est pour la gloire, avoue espèce de salaud!

2) Immédiatement sollicité pour tout et n'importe quoi. Il devient le réceptacle de toutes les frustrations. On ne lui parle pas de ce qu'il a fait et ce qu'il peut faire mais on lui reproche ce qu'il n'a pas fait et on se révolte parce qu'il ne l'a pas fait. Ainsi, on lui demande pourquoi il ne libère pas les femmes? Cet espèce de moins que rien de misogyne!
La situation de la femme dans notre pays et surtout dans une petite ville, les pesanteurs sociales de la tradition, voilà rien de moins ce qu'on lui demande de régler le pauvre gars qui vouait juste trouver une solution à des malades ou des sans domicile!

Bon courage!

Publié dans chatnoir

Commenter cet article

Assia 01/12/2008 14:20

nous les algériens on changera jamais, suivis et adopté ce que je dis ou bien vous étes en tord et je vous attaque!!!si seulement chacun de nous fait ce qu'il lui plait et excele en le fesant et oublie sans voisin car on s'est trés bien depuis le temps qu'on vit ensemble qu'on est pas fait pour vivre ensemble.Ps: on fera bientot un vote pour enlevé ou non les musiques des blogs on aimerait pas perdre des lécteurs a cause de ça!!et puis nous on cultive la démocratie par comme notre pseudo gouvernement qui demande l'avis a personnes surtout pas au peuple pour changer sa vie.

citoyendz 01/12/2008 12:59

j'allais dire "bien dit" puis je me suis ravisé ayant peur d'être accusé de "brosseur dans un seul sens",celui qui leur déplait.

un citoyen 01/12/2008 12:34

Voilà ou mène l'ignorance dans notre société. C'est triste . Bonne continuation , Chat noir.

Hiya 01/12/2008 12:07

Mille fois je t'ai dit : wesh dakhlak! mêle toi de tes affaires.Pi sur les femmes, les pesanteurs sociales, tu trouves que c'est pas prioritaire toi?... je suis triste et déçue.Bouuussa kan mm