L'autruche

Publié le par Chat noir

Un petit coup d'oeil sur wikipédia vous apprend l'essentiel sur ce gros oiseau.

Ce que l'article ne dit pas, c'est qu'on trouvait cet animal en abondance dans notre pays, il y a à peine un siècle mais la chasse à grande échelle a eu malheureusement raison des derniers spécimens.

Il paraît qu'un investisseur de Bouira s'était lancé dans l'élevege d'autruche dont la viande, dit-on est moins grasse que la viande de boeuf tout en étant savoureuse. 

Quand on y pense, cet animal possède toutes les qualités requises pour prospérer chez nous. Rassurez-vous, je ne vous ferais pas le coup de la politique de l'autruche... trop facile.

Dans l'article de wikipédia, il est écrit, je cite "Les autruches sont essentiellement herbivores, mais leur régime est varié ; elles sont capables d'ingérer tout ce qui passe à la portée de leur bec". Si ça ressemble pas à des spécimens de membres du RND, FLN ou autres organisations qu'on trouve en abondance dans nos contrées.

Par ailleurs, en parlant du mâle de l'autruche, l'article dit qu'ils sont "Polygames" et " vivant en bandes". Si c'est pas du beau mâle de chez nous ça!

Non l'éleveur avait raison. L'Algérie est le pays idéal pour les autruches. N'importe quel investisseur dans ce secteur va se faire des couilles en or. Une autruche remplit à elle seule les besoins en protéïnes d'une famille pendant un an et avec une plaquette de 30 oeufs d'autruche, on peut approvisionner une cantine d'école moyenne pendant un jour.

Mais voilà! dans l'élevage en question, neuf ans après son lancement, on n'a pas vu pointer la moindre plume d'autruche.

Arnaque pour obtenir un terrain de 25 hectares? Incapacité d'une entreprise algérienne, publique ou privée à produire quoique ce soit?

Toujours est-il qu'on apprend dans cet article du Soir d'Algérie que le wali, en visite dans le coin neuf ans après l'octroi du terrain par son prédécesseur, a jeté un coup d'oeil dans la fameuse exploitation et a constaté que si autruche il y eut dans ce qui devait être un élevage, elles s'étaient toutes envolées sans ailes et a décidé sur le champ de mettre fin au projet.

Cela me rappelle les visites de Haroun Errachid dans la ville la nuit et les décisions immédiates prises sur le vif. Y a-t-il des services qui décident d'aider tel ou tel projet? Y a-t-il d'autres services qui contrôlent que les aides de l'état servent bien le secteur productif? Enfin, y a-t-il des journalistes pour faire des enquêtes et qui ne se contentent pas de subir? Ou attendent-ils tous que le wali jette un coup d'oeil en passant sur l'élevage fantôme en question pour le fermer sans engager de poursuites?

Publié dans Lebled

Commenter cet article