Attassiou

Publié le par chatnoir

 

« Attention, les jeunes ! Les révolutions, ce n’est pas un jeu, cela peut être dangereux pour la santé ». C’est en substance ce que j’ai lu dernièrement ici et là dans les blogs. Bizarrement, c’est exactement ce que mes oncles me racontaient qu’on leur disait à l’époque. Ils furent pendant leur jeunesse parmi ces ceux qui ont rejoint l’insurrection de 1954 et les sages, les anciens, les frileux, les partisans du amn et aman à tout prix les traitaient au mieux d’inconscients et au pire de voyous.

 

Depuis que la terre est terre, cycliquement, irrémédiablement, lorsque les conditions sont réunies, lorsqu’une mayonnaise magique dont personne ne connaît vraiment avec précision la recette secrète, une génération jeune s’enflamme et bouleverse l’ordre établi qu’on croyait éternel.

 

Ils seront aussi réceptifs aux mises en garde qu’un Harrag qui prend la mer et qui vous rit au nez si vous lui faites la morale en lui racontant qu’il a de grandes choses de servir de nourriture aux poissons. A un moment donné, quand un seuil invisible à l’oeil nu est franchi, la mort n'est plus un obstacle et la peur de la chape de plomb de la répression qui les écrasait se révèle fragile sous leurs coups conjugués.

 

Et leur torrent impétueux emporte les « fakhamatouhou », « djalalatouhou » et autres « zouamas » qui préparaient un fils ou un frère à occuper le trône. Et le torrent impétueux en prise directe avec le réel ignore superbement des aînés ahuris. Ceux-ci habitués au confort intellectuel de la critique de l’autre, obsédés par l’infâme américain qui nous envahit, aveuglés par le sioniste qui nous colonise, emmêlés dans des théories du complot sans fin, ils en oublient le b a ba de la vie. Le réveil matinal dans des rues sales d’un pays à l’horizon bouché où la médiocrité règne à tous les étages. N’évoquent le mot politique que préfixé de géo afin de se plaindre en termes de café du commerce de ce qu’Ils nous ont fait ce qu’Ils nous fomentent comme mauvais coup. Tout cela pour éviter de dire le sujet délicat de ce que nous sommes devenus tous seuls comme des grands sans qu’aucune main étrangère mal intentionnée nous y aide.

 

Là où toutes les conditions d’un séisme sont réunies, il se produira un jour ou l’autre même si personne ne sait quand ses grondements vont faire trembler les murs qu’on croyait solides. Tant pis pour les partisans de la politique de l’autruche.

Publié dans Lebled

Commenter cet article

TheMatrix 15/03/2011 10:19


Bravo, bien dit rien à rajouter. Juste une petite correction si tu me permets c'est pas "les partisans du amn et aman" c'est plutôt "les partisans du Rokhss et Edhoul"

Merci


chatnoir 17/03/2011 11:45



Ce n'est pas toujours par Rokhss... Souvent par peur du changement et de l'inconnu, on préfère rester comme on est même si on n'est pas cotent. Hakda oula kthar


 


Merci the matrix