Dans ces lieux dépravés...

Publié le par chatnoir

 

On y rencontre quelquefois des voyous violents... mais c'est plus rare que d'y croiser des épaves humaines. Des mecs qui diluent leur peine à vivre dans des hectolitres de rouge ou de bière. On y rencontre toutes les catégories sociales et surtout les personnes les plus intéressantes que porte ce bled. La déchéance renforce la lucidité des plus âgés comme la maladie accélère la maturité chez les plus petits ... Dans ce pays, il y a deux façons de s'évader lorsqu'on prend conscience de l'insupportable : un billet sans retour ou le refuge dans les psychotropes...

 

Qu'ils viennent seuls et s'abreuvent silencieusement dans un coin ou qu'ils arrivent en groupe et chahutent bruyamment au comptoir, les saoulards finissent toujours par causer de leur mal de vivre... De leur bouche sort une plainte lancinante et un désespoir déchirant... Lorsque deux âmes perdues se rencontrent dans cet océan de solitude, elles se tiennent naturellement par la main et livrent leurs confidences les plus intimes. Pendant quelques heures chacun devient le radeau de l'autre... le récéptacle du désarroi de ce compagnon de beuverie avant que le trop-plein ne soit vomis dans le caniveau.

 

Et ils s'en tapent de ceux qui dehors bavent d'une haine enragée... Ceux, armés de bâtons ou de discours moralisateurs, qui veulent détruire et interdire... Interdisez donc la déchéance humaine... Vous ne réussissez qu'à souiller l'humanité par votre obsession de tout laver... A force de courir derrière l'illusoire projet de purifier l'air, vous ne réussissez qu'à le rendre irrespirable.

Publié dans Lebled

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Une Lectrice Fidèle 10/10/2011 23:44



Oui, il me font pitié ces alcooliques SILENCIEUX,  ils sont de nature gentils.


Je connais une autre catégorie d'alcooliques : les cadres ou encore les professeurs d'universités, toujours silencieux et souvent réservés ou timides parce qu'on sait qu'ils sont alcooliques mais
très serviables si on s'adresse à eux.


 


 


 



chatnoir 11/10/2011 18:33



Et la prohibition qui s'installe va envoyer tout ce beau monde sans distinction sous les ponts et le lieux les plus mal famés.... car  ni la consommation ni le commerce d'alcool ne
s'arrêteront...



The Matrix 07/10/2011 20:45


Dans ce pays, il y a deux façons de s'évader lorsqu'on prend conscience de l'insupportable : un billet sans retour ou le refuge dans les psychotropes...

Là, il me semble que tu amputes à cette société malade, une bonne partie de son corps. Se donner le mal de mer alors qu’on a les pieds sur terre, n’est en rien comparable à l’avoir en plein large.
Quand la pirogue chavire, le vomissement de toute une haine est inévitable. Cette partie part sans le dire, pour échouer quelque part sans y être autorisé. Elle quitte la terre pour prendre la mer
IN ONE WAY sans TICKET, mais souvent avec un bagage qui peut être aussi…scientifique.

Voilà je voulais rendre hommage à cette troisième façon ...


chatnoir 07/10/2011 21:17



Pardon à la très respectable corporation de harragas qui a su allier mal de tête et exil....


En parlant de Harragas, il y a une quatrième catégorie fort heureusment minoritaire qui a pris au premier degré le mot "harga" et s'asperge d'essence....


 


Jolie tournure The Matrix



cosette 07/10/2011 12:33


je n'ai pas trop bien compris le message que tu veux passer à travers cet article
je trouve que c'est aussi un peu injuste de dire qu'il ya deux facon de s'evader lorsqu'on se rend compte de l'insuportable, je te signal que la drog, l'alcool sont es fléaux qui touchent toutes
classe de la societé et pas que la notre. il est de même pour l'immigration, l'homme est un eternel insatisfait et il est tjr à la recherche d'un confort et d'un bonheur parfois utopique


chatnoir 07/10/2011 20:43



"Message" est un bien grand mot pour qualifier mes élucubrations... ressenti ou réaction seraient plus appropriés...


Je réagis à la campagne de fermeture des bars... lieux où "sévissent" ces "dépravés" que la société proprounette des "braves qui n'aiment pas que..." veulent jeter sous les ponts.


 


Mais on peut partir du principe que tout existe partout... à divers degrés



Soulef 07/10/2011 09:07


Il faut fermer toutes issues. Il faut boucher toutes les soupapes. L'explosion n'en sera que plus grande.

C'est surtout pour ces billets que j'adore ton blog Chat Noir.


chatnoir 07/10/2011 20:11



Merci Soulef, c'est toujours un plaisir