Intermède culinaire

Publié le par chatnoir

 

Il y a quelques mois, notre cher premier ministre avait répondu à une question sur son avenir politique par un énigmatique : « il faut faire la distinction entre haricots et lentilles ». Je dois être un peu débile parce que je ne sais absolument pas ce que signifie cette expression. On aurait pu rétorquer au vénérable commis de l’état que c’est à lui de ne pas confondre cuisine et politique mais on aurait tort. Car il faut reconnaître à ces deux mets constituant le plat quotidien de millions de familles algériennes, un sens hautement politique. Le balancier du temps en Algérie, le métronome qui rythme la marche vers l’inconnu ne fait pas un tic...tac..., tic... tac... il fait loubia...3dess, loubia... 3dess... La périodicité effrayante de ce duo infernal (infernal, surtout avec l’harrisa) dure depuis 50ans et ses adeptes comme ceux des mal logés, des mal nourris, des mal soignés et des mal vivants ont augmenté au lieu de régresser.

 

On devrait les faire figurer dans une strophe de l’hymne national ou quelque part dans les armoiries de la république algérienne démocratique et populaire même s’il y a le risque d’apparition de revendications régionalistes concernant les recettes ou le fait d’y adjoindre un particularisme local qui introduit un troisième élément : el hommos.

 

Même si le sens de la déclaration du chef du gouvernement reste mystérieux, on comprend qu’il établit une hiérarchie entre les deux dans le genre « les serviettes et le torchons ». Cela cadre bien avec son caractère méprisant et en premier lieu envers ses administrés.

 

Or dans la mentalité algérienne, il est aussi sacrilège de faire la distinction entre ces plats que de manifester une différence dans l’affection qu’on porte à ses enfants. Cela ne signifie pas que chacun n’a pas une préférence secrète mais chacun la garde pour soi. Mais au fond, vraiment au fond de lui même, il n’est un secret pour personne que l’algérien aimerait se débarrasser de la malédiction qui l’a condamné à cette inévitable alternative et pouvoir accéder à une nourriture plus diversifiée, plus librement choisie.

 

Inutile donc de perdre son temps à deviner la phrase du grand manitou, ni de tergiverser à exprimer une préférence : il peut prendre ses haricots et ses lentilles et gentiment laisser les gens faire leur vie.

Publié dans Lebled

Commenter cet article

The Matrix 10/05/2011 20:26


Ra-jou-ter du Ka-mm'oune, c'est fais j'ai rajouter l'astuce de La cavalière à la recette d'Oumelkhir.

Mais finalement "wa 3amalan bi nassihat chanoir" je ne vais pas cuisiner, je prendrais un sandwich. Cela dit, je garde sous le coude la recette quand même, sauf si "Esayida Resqi" passe par là et
nous donne une nouvelle version .

PS: As-tu vu "Toc, Toc..."


chatnoir 10/05/2011 22:20



Toc--- toc... j'ai mis un temps d'arrêt puis j'ai compris...



La Cavalière 09/05/2011 23:57


Je me permet juste de dire à Oumelkeir que la loubia aussi ça se néttoie car on risque de trouver des petites pierres ou autre choses!!Dans le restaurant universitaire, ils nous la servaient avec
toute sorte de pierre, on peut même faire une collection :)

Pour ce qui est de la cuisson, ça dépend du feu (fort ou moyen)et de la qualité du 3dess ou Loubia. Géneralement, Pour le 3dess c'est une demi heure, Loubia c'est 45 minutes :)Sans oublier de
remuer la cocotte de temps en temps de peur qu'il n'y ait plus de sauce!!L'astuce, c'est de les laisser mijoter après la cuisson à feu doux , en ajoutant un peu de Kamoune!!


chatnoir 10/05/2011 20:10



En lisant ça je me dis : la recette de loubia et 3adess suscite déjà plein d'opinions différentes.. Y a de quoi faire plusieurs partis politiques : celui qui préconise de nettoyer et celui qui
préconise de ne pas saler etc...


Quand aux pierres dans les haricots, il faut systématiquement vérifier si elles ne sont pas préciseuses, on ne sait jamais :-)



Oumelkheir 09/05/2011 22:57


Maintenant que je t'ai donné les clés pour mieux comprendre, c'est à toi de faire ta propre lecture The Matrix :-)
Chatnoir, tu n'as aucune excuse, parce que les blogs de cuisine algérienne pullulent sur le net, et Oum Chatnoir t'aurait donné l'astuce depuis longtemps déjà... donc faire de la Loubia sans
trempage, c'est pas sérieux :-/


chatnoir 10/05/2011 20:05



Disons que bon, Oum Chatnoir, j'évite de demander si je ne veux pas me retrouver dans une histoire très compliquée avec des détails inutiles, des trucs qu'elle a oublié de me dire et après
"dirouli ettilifoune nqoulou 3la el kemmoun" et des remarques encore plus lourdes du genre : "kount dert eddar, koun 3andek elli tayeblek".


Mais c'est sur internet que j'ai trouvé la recette et elle mentionnait en effet dans les ingrédients : haricots trempés la veille... Seulement voilà, je lis rarement la liste des ingrédients, je
vais directement à la recette parce qu'on les retrouve dedans. Manque de pot, elle ne répétait pas qu'il fallait les tremper la veille... De toute façon, j'aurais zappé elloubia si je l'avais vu



The Matrix 09/05/2011 21:51


Ohh merci pour ton éclaircissement Oumelkhir, attend chatnoir, je vais copier la recette pour faire loubiya ce weekend ou bien 3dess wallah amni 3aref!!
Mais j'ai pas encore compris "Qa2ilou hada el qawl el maghfour lah" lui il est loubiya wela 3dess ?

Il manque le temps de cuisson Oumelkhir :-)


chatnoir 09/05/2011 22:23



Toi aussi t'as pas compris? Décidément...


Quelque soit ton choix pour le week-end évite de le crier sur les toits ou tu risques de finir en opposant politique sans même le savoir.



Oumelkheir 09/05/2011 00:07


Et pourtant c'est tellement simple Chatnoir:
Elloubia se trempe la veille, et La3dess non.
Elloubia on peut la saler pendant la cuisson et La3dess non.
Mais La3dess doit être nettoyé avant alors que Elloubia non!
Je te laisses maintenant refaire ta lecture de cette maxime hautement politique à la lumière de ce nouvel éclairage :-)


chatnoir 09/05/2011 22:12



Tu ne m'emméneras pas sur ce terrain Oumelkheir...


Avec tes explications, c'est juste devenu plus compliqué qu'avant dans ma tête. Je dis pouce, je donne ma langue à moi-même... 


Ce n'est plus de la petite cuisine de tous les jours c'est de la haute gastronomie.


Sans plaisanter, au cours de ma vie de célibataire, j'ai pas mal cuisiné des petits plats rapides mais jamais de loubia jusqu'à ce qu'un jour je sois pris d'une irrépressible envie de loubia bien
rouge avec huile d'olive (celle que je passe en douce sous les nez des agents d'Air Algérie). Mais je ne savais pas qu'il fallait la faire tremper la veille. Résultat après des heures sur le feu
: poubelle.


Eh oui! l'algérien navigue à vue, faut pas lui demander de tremper la veille, ça nécessite une planification, le long terme pour l'algérien c'est l'heure qui suit... non c'est pas pour nous. Et
c'est à ces choses qu'on voit la supériorité de l'algérienne sur l'algérien. Elle a la gestion du temps dans les gènes.