L'étincelle

Publié le par chatnoir

Dans le ciel froid d’une ville de merde dans un pays de merde, Mohamed commence une nouvelle journée de merde. En poussant difficilement sa carriole parmi les passants miséreux de son quartier, il est comme un scaphandrier dans un océan d’excréments. Il se demande quel secret mais implacable désir de vivre le retient d’ôter son scaphandre et de se laisser étouffer jusqu’à la mort. Peut-être la douceur de sa mère ou le regard de ses frères et soeurs. Peut-être... Mais ce n’est sans doute pas l’espoir car quand on roule comme un pourceau dans la mélasse, on ne sait plus ce que ce mot signifie.

Il est comme ces chats des rues, sans maître pour leur donner de la nourriture, condamnés à se débrouiller dans les détritus. Aussi lorsque le Maître, sans lui donner les moyens de se nourrir,  décide de l’empêcher de glaner dans les poubelles avec sa carriole de fortune, il sort ses griffes. Mais à l’agression, le Maître ajoute l’humiliation. Alors Mohammed se fait torche humaine. Par un de ces miracles dont la nature a le secret, la torche a soudain éclairé au delà de la ville, dans tout le pays et maintenant sa lumière brille à des milliers de kilomètres. Pendant que Mohamed réincarné en papillon aux ailes multicolores vole sur la place du gouverneur de Sidi Bouzid, des millions de jeunes dans des villes de merde dans des pays de merde, qui commençaient des journées de merde ont soudain découvert l’espoir éclairés par la torche humaine de la place du gouverneur de Sidi Bouzid.

 

On dit que le battement d’aile d’un papillon...

Publié dans Lebled

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article