"Le Rendez-vous des civilisations"

Publié le par chatnoir

Il était une fois, un grand empire si grand et si puissant qu'on croyait qu'il durerait ainsi 1000ans. Bien des chiffres témoignaient de sa grandeur : le nombre de kilomètres carrés, le nombre d'hommes envoyés dans l'espace, le nombre de chars alignés dans les hangars, le nombre de tête nucléaires et leur rayon d'action de plus en plus grand. Mais ceux qui ont vingt ans aujourd'hui ne l'ont jamais connu... car il n'est plus.

Treize années avant sa fin, un jeune démographe, négligeant tous les indicateurs de cette puissance et se concentrant sur une seule donnée: la mortalité infantile, écrivit un livre intitulé : La chute finale : Essai sur la décomposition de la sphère soviétique. Où il prédisait la chute de l'empire. J'aime l'idée que la mortalité chez les bébés soit une donnée plus significative que tous les chiffres fanfaronnants et défilant sur la place rouge.

Il est à la fois étonnant et rassurant de voir que plus fort que les chars et les avions, plus puissant que la course à la conquête spatiale, il y a encore les gens et leurs bien-être et leurs petits soucis qui restent la donnée la plus importante pour un pays.

 

L'auteur de cet ouvrage, Emmanuel Todd associé à Youcef Courgbage un démographe tunisien, prirent en 2007, le contre-pied du fameux « Choc des civilisations » en intitulant leur livre : « Le rendez-vous des civilisations ». Il y était cette fois question de notre monde à nous, celui des pays dits arabo-musulmans. On y parle de natalité, de taux de fécondité, de structure de la famille, des mariages inter-familiaux et de taux d'alphabétisation. Et les auteurs étaient formels : le monde arabe et musulman connaît une révolution silencieuse et profonde. En Iran, pays pourtant gouverné par les religieux, le taux de fécondité est aujourd'hui le même qu'en Europe. Partout dans les pays arabes à une vitesse plus ou moins grande, le taux de fécondité a fortement baissé et le taux d'alphabétisation a augmenté ces cinquante dernières années de façon spectaculaire pour atteindre dans certains pays comme la Tunisie, un niveau proche de celui des européens. Comparant l'évolution historique des mêmes indicateurs dans les pays occidentaux, les auteurs constatent une banale ressemblance avec celle plus récente des pays musulmans. Comme quoi au delà des facteurs religieux, stratégiques, géo-bidules et machins... rien ne ressemble plus à un être humain qu'un autre être humain...

Les pays dits occidentaux qui vivaient dans des structures familiales très différentes des structures actuelles, il y a un siècle se sont « occidentalisés » (entendez par là qu'ils sont adopté peu à peu leur mode de vie et la structure familiale actuelle) et lentement mais aussi sûrement qu'une loi de la physique est inéluctable, les pays arabo-musulmans « s'occidentalisent ». Le livre explique en quoi le fait de se limiter à deux ou trois enfants par famille est une révolution qui touche profondément une société. En quoi un taux d'alphabétisation qui augmente précède souvent une révolution qui a lieu cette fois dans les rues. Le livre fut écrit avant Bouazizi et les « thawarates »...

 

Il y a un mois, je me baladais en compagnie d'une amie dans le superbe jardin d'essai à Alger. Nous étions précédés par une famille. Le couple, elle en Hijab très ample qui traîne par terre façon salafi, lui barbu en tenue habituelle, pantalon court et baskets. Leurs deux gamins dans les 8-10ans sautillaient autour, la fillette avec un paquet de bonbons, le garçon courant pour faire tourner son éolienne acquise chez un des marchands du parc. Il ne manquait que le chien pour les faire figurer dans l'album comme modèle standard d'une famille américaine de sortie le week-end (modèle lui-même né après la deuxième guerre mondiale).

 

La hiérarchisation des priorités des individus, la planification des naissances et son pré-requis : le changement du rapport à la sexualité, la façon de se penser en tant qu'individus puis famille, le nombre d'enfants, le rôle et la position de la femme et des enfants... qu'ont nécessité la création et le mode de vie de cette famille devenu très courant dans notre société témoigne bien plus de la trajectoire qui sera inéluctablement suivie par l'Algérie que tous les discours politiques ou religieux.

 

Publié dans Lebled

Commenter cet article

algerianna 03/02/2012 12:40


Ah yes globalization, where all the particularities of individual societies disintegrate into one huge explosion of individualized individuals. The scary thing about globalization is not that it
makes individualism more appealing (because modern tools make it less necessary to have a support network of family and tribe), the scary thing is that it makes individual societies morph into
one big crowd of people who have nothing in common except their individualism. There are two outcomes to this, either retreat to extremist tribalism (violent reaction to what is perceived as
an assault on identity) or complete disintegration (not enough cohesion forces). Modern societies are often torn between these two extremes. On the political level it of course leads to an
authority crisis, making government (and even other authority figures such as elders, religious figures etc) appear obsolete. This is not a good thing and it is necessary to restore a balance by
finding convincing uniting narratives to avoid the collapse. Not an easy task at all.

chatnoir 03/02/2012 20:12



Le livre dont je parle répond clairement à l'idée répandue dans certains milieux occidentaux que les arabes et les musulmans surtout sont par culture imperméables à la démocratie. Il tend à
démontrer le contraire à travers la démographie.


Mais il est vrai que la démocratie ne va pas sans l'"individu". Le sytème clanique et communautaire tend au contraire à effacer l'individualité derrière la tribu et il est contraire à
l'expression démocratique. Evidemment, la dérive individualiste qui existe dans les pays qui sont dans les stades les plus avancés dans ce processus est un effet pervers. Mais la recherche de la
cohésion sociale est dans la nature profonde de l'homme, si bien que dans les plus individualistes des sociétés, il est né des structures de rassemblement humains associatifs ou autres basés sur
des idéaux ou sur le simple utilitarisme pour se substituer aux structures anciennes qui niaient l'individu.



The Matrix 02/02/2012 21:06


Après la démocratie...le système familiale...

Oui, à partir des données démographiques et avec une démarche purement scientifique Todd est arrivé à formuler "des prophéties" plutôt justes. 
Voici son passage à apostrophe (moins sulfureux que l'excellent Nabe) avec son tic à la Nash dans "A beautiful mind". Mon admiration à Todd (à Nabe encore plus), réside dans le fait qu'il fait
bien parler les chiffres (eh oui ce n'est pas moi :-( ).


http://www.youtube.com/watch?v=quFLRu5Bbsk&feature=related

A mon avis, il faut aller débusquer chez nous d'autres éléments, pour comprendre d'autres phénomènes. Je pense que le recul de l'âge du mariage -chez nous- est un élément principal pour analyser
une bonne partie de ce qui se passe dans la société. Je m'explique: je ne sais pas si tu connais les plans d'expériences. En gros, si tu fais une manip où tu observe N paramètres, le plan
d'expérience te dit, au lieu de faire varier les N paramètres tu peux arriver à la même conclusion si tu observe que B paramètres sachant que B

chatnoir 03/02/2012 19:57



Evidemment le recul de l'âge du mariage est un élément qui boulevese complètement la structure sociale traditionnelle et notamment le rapport entre les sexes.


Mais pour avoir lu le bouquin de Todd et Courbage, je peux te dire qu'ils en tiennent compte dans leur analyse des indicateurs démographiques. Mais l'expérience est ici, grandeur nature, tous les
paramètres varient comme bon leur semble.



mohamed 02/02/2012 09:58


Merci pour cet éclairage et ce regard. J'ai trois enfants ou plutot je n'ai que trois enfants. Donc si c'est un signe de déclin comme pour l'urss qu'est ce qu'il est pour l'algérie qui n'a ni
têtes nucléaires ni têttes pensantes.

chatnoir 02/02/2012 20:05



J'ai parcouru ton blog Mohamed... j'ai été stupéfait par le dodane qui parle


Bon, trois enfants, rabi y3ayichhoum... sans nul doute tu pourrais en nourrir 10 en rognant sur la qualité  et la quantité que tu donnes à chacun, tu consacrerais 3 fois moins de temps à
chacun....


Peut-être même que tu as une chambre pour chacun ou tu aspires à en avoir, au moins un espace intime pour chacun.... tu les emmènes, ou tu voudrais les emmener en vacances...tu forges des
individus ayant l'habitude d'une certaine qualité de vie, dotés de personnalités propres et affirmées et aspirant à cette qualité de vie que tu as toi même choisi parce que tu es aussi un
individu qui aspire à ce que sa personne soit prise en compte en tant que tel et non pas dans une masse grouillante...


Eh bien tout cela fera que tu ne supporteras plus le gouvernement que nous avons qui ne tient pas compte de ces aspirations et fonctionne encore sous un régime tribal niant l'individu... Tu te
révoltes...