Le service

Publié le par chatnoir

 

Il n’était pas envisageable que je ne puisse plus rentrer au pays et je n’avais aucun piston qui m’aurait permis de l’éviter alors, je l’ai fait... Après coup, je peux affirmer que je ne regrette absolument aucune seconde passée sous les drapeaux. C’était une époque dangereuse pour un appelé; Il fallait cacher son uniforme et prendre mille précautions pour rencontrer les siens.

 

La plupart de gens qui l’ont fait en parlent comme d’une perte de temps, d’un an et demi volé, vide de sens. Au contraire, ce furent pour moi, des moments d’une grande intensité. Sans doute, parle-t-on de perte de temps par rapport à une carrière professionnelle reportée et une solde de misère qui se substituerait à un salaire plus confortable. Je n’ai pas cette conception de la vie : il m’est arrivé de payer très cher des vacances pendant lesquelles, je me suis ennuyé ferme et à l’inverse de vivre des moments d’une émotion forte sans avoir à débourser un centime. Peu importe où on se trouve, la vie se vit. Et durant mon service national, elle fut intense.

 

Les tenues sont toutes vertes d’une uniformité désolante mais les couleurs et les formes sont ailleurs : dans les accents et les mots qui représentent les quatre coins de l’Algérie. Les têtes rasées révèlent  à chacun une partie de lui-même qu’il ignorait, les crânes ronds, oblongs ou presque plats, autant d’occasions de rires et d’auto-dérision.

 

Durant les premiers mois d’instruction militaire vécus parmi des appelés tous universitaires, je me suis aperçu que ce qu’on appelle l’éducation et les bonnes manières ne sont qu’une couche très mince qui se dissout très vite offrant aux regards la nudité des âmes. On n’est jamais aussi proches d’être soi-même que durant ces mois d’isolement, rythmés par des activités physiques. Les émotions sont amplifiées, on rit très fort, on crie très fort et les querelles finissent par un échange de coups de poings bestial. La nature profonde de chacun se révèle. La générosité de celui qui partage tout, même la petite misère qu’il possède en poche et l’égoïsme de celui qui creuse profond pour cacher ses deniers puis vient pleurer qu’il n’a rien. Se révèlent les échines souples des cireurs de bottes et les dos solides de ceux qui se tiennent toujours debout et regardent droit.

 


 

PS : J’avais commencé à écrire ce billet à propos de quelqu’un : Le lieutenant-colonel A. Ce sera fait au prochain billet.

Publié dans chatnoir

Commenter cet article

Farasha 12/10/2011 15:34



Si j'étais un homme je passerai mon service miliaire ,mon pere m'en a dit que du bien et les liens qui se tissent dans une caserne sont bien solide d'après lui ... parait que ça forge et une
homme qui n'est pas forgé n'est qu'un grand garçon


 


voila merci de partager ton experience avec nous bonne continuation



chatnoir 12/10/2011 22:13



ça me flatte de te voir sauter d'un article à l'autre...



Une Lectrice fidèle 20/06/2011 21:04


Mon frère aussi l'a passé, il nous dit que "c'est une perte de temps" malgré qu'il l'a passé royalement lol les 6 premiers mois dans la ville de mon grand père paternel et l'année qui suit dans la
ville de mon grand père maternel, il ésquivait à maintes reprises pour passer des nuits chez eux!!

PS: en tant que femme, je suis attirée uniquement par les hommes qui ont fait leur service militaire, je les trouve "des hommes aux vrai sens du terme" avec tout mes respects à ceux qui ne l'ont
pas fait :)


chatnoir 20/06/2011 23:06



Ah ça, on dit pas esquiver... on dit n'zarti... dans toutes les casernes du monde, il y a une petite soupape de sécurité pour permettre de faire le mur, là où j'étais on l'appelait "el farmacha",
parce que la clôture ressemblait à un alignement de dents en béton sauf à un endroit.


 


En matière d'hommes, tu as bon goût Lectrice et ce n'est pas moi qui vais dire le contraire.



soulef 20/06/2011 21:00


J'adore ta façon de le raconter. Tu nous mets bien dans l'ambiance de ce monde masculin.

Impatiente de lire la suite, je suis...


chatnoir 20/06/2011 23:02



La suite dans quelques jours viendra Maître Yoda



mina 20/06/2011 01:29


Oh mais j'aime ce texte!


chatnoir 20/06/2011 23:02



thnx