Lectures et grilles...

Publié le par chatnoir

Qu'est ce qu'une grille de lecture? Je me plais à la définir comme une feuille de papier opaque disposant d'ouvertures savamment positionnées. Plaquée sur un texte complet, elle n'en laisse paraître qu'une partie censée décrire la réalité... toute la réalité. La grille de lecture préférée d'une personne la définit presque complètement  dans toute sa subjectivité autant par ce qu'elle laisse paraître que parce qu'elle veut occulter.

 

Entre le discours zenga zenga du défunt et les  images de son lynchage barbare, il s'est écoulé huit mois durant lesquels nous avons été abreuvés d'informations de toutes les parties et tous les points de vue. La fin de la tragédie qui n'est en fait que le début d'une autre ère d'incertitudes est propice à la réflexion et à l'application des grilles de lecture personnelles.

 

Passons les en revue, du moins celles que la consultation de la presse m'a permis de constater.

 

La grille de lecture anti-impérialiste : Je commence par celle-ci car c'est la plus algérienne de toutes. Elle ne laisse passer que des mots clés précis : OTAN, USA, bombardements, pétrole. Prenant racine dans le combat anti-colonial et dans le discours anti-impérialiste des années 70, cette lecture des évenements est complètement éculée. Elle renseigne plus par ce qu'elle occulte que par ce qu'elle laisse paraitre. Elle met de côté les gens... ceux là même qui ont pris les armes, bravé le danger et se sont élevés contre ce qu'il estimaient être intenable. En les niant comme acteurs conscients et responsables, elle les méprise. Dans ce discours inconsciemment issu de la dictature, le peuple est incapable d'avoir une volonté, d'avoir une opinion. S'il bouge, c'est forcément qu'il est mu par les forces maléfiques que laisse paraître la grille. Cette grille de lecture n'évoque le mot politique que précédé du préfixe géo... niant toute cause endogène aux graves problèmes vécus par les peuples et par conséquent ne conçoit de combat que contre l'empire, exactement comme dans les envolées lyriques et mégalomaniaques des dictateurs y compris celui qui vient d'être lynché.

 

La grille de lecture des révolutionnaires : Celle-ci ne laisse paraître que les mots : révolution, rebelles, libération etc... Qu'il est beau de voir les masses se soulever contre l'infâme tyran et de se battre avec des armes de bric et de broc contre la machine de la mort entretenue par le monstre... L'histoire s'achèverait presque sur un "... eurent beaucoup d'enfants.". Cette lecture occulte le fait que la chute de la dictature en Libye ne s'est pas réalisé grâce à la conjonction de Mars et Vénus mais à celle des intérêts pétroliers et tribaux. Elle occulte les faits que résume l'épisode final de la mort du dictateur... des bombes guidées au laser explosent le convoi livrant à la foule en délire un pouvoir libyen belssé et complètement groggy. Cette lecture va encore occulter le prochain passage à la caisse pour rembourser avec des intérêts exorbitants les investissements de l'OTAN dans le désert libyen.

 

La lecture médiatique occidentale : Celle-ci fait apparaitre aux yeux bienveillants des populations occidentale des mots clé bien rodés : dictature, démocratie, liberté, soutien occidental, être au côtés des libyens... Cette lecture opère plus par distorsion de la réalité en faisant un choix favorable des mots que par l'occultation pure et simple. Ainsi la course aux juteux contrats financés par le riche sous-sol libyen devient de "aide à la reconstruction". Les tentatives de contrôle du processus politique qui s'engage devient 'être aux côtés de libyens dans les défis qui les attendent". Elle opère aussi par déni de certaines réalités qu'ils ne peuvent contrôler : Le conflit libyen est devenu une guerre civile entre tribus et le gros des troupes des "rebelles" est formé d'extrémistes islamistes, les même qu'ils sont allés bombarder en Afghanistan.

 

L'esprit humain de la majorité ne s'ouvre qu'à ce qui le conforte dans ses certitudes ou ses intérêts... Il se ferme à ce qui pourrait les ébranler ou lui renvoyer une mauvaise image de ses convictions. Le discours médiatique des uns et des autres n'est que le reflet de cette nature humaine outrageusement subjective.

Publié dans Jiranna

Commenter cet article

Eljin 21/01/2012 04:09


You guys are truly delightful in decorating the main article which  was just to the point for the man in the street. I came here through Patriotes On Fire which I found very thoughtful.
Thanks and I will keep my eyes open for you.

grindaizer 27/10/2011 20:10



Si je peux me permettre cette digression scientifique :)


La vérité est en général un superposition linéaire de l'ensemble des états possibles du systèmes. Un mélange hétérongène non stationnaire de tous ça !!!



chatnoir 28/10/2011 20:59



Ok Grindaizer, après vérification, chaque vecteur d'opinion parmi les trois est linéairement indépendant des deux autres. On peut en effet s'en servir pour générer le sous espace-vectoriel de
toutes les lectures sur le sujet.



Soulef 24/10/2011 13:18



Excellent!


 


Tellement vrai



chatnoir 24/10/2011 21:26



Merci Soulef



The Matrix 23/10/2011 21:41



Pardonne-moi cher Chanoir, mais la grille que tu décris est archaïque… la Grille 1.0. Après il y’a eu la version 2.0 où les ouvertures se ferment est s’ouvrent au gré du lecteur. Et puisque la
réalité se voit en 3D…voici maintenant la Grille 3.0 … en plus des fenêtres ajustables

la V 3.0 est sous forme de cube. Tu mets la réalité à l’intérieurs tu choisis l’angle de l’observation, tu ajuste les ouvertures…et tu t’installes confortablement…en mettant des lunettes 3D,
sinon tu risque de voir tout flou


La première catégorie (anti-impérialiste) utilise encore la V1.0. La deuxième est la troisième catégorie préfèrent la Grille 2.0… elle offre un peu plus de « liberté » (fenêtres ajustables)…
Avec la Grille 3.0 t’as beaucoup plus de degrés de « liberté » …mais elle ne t’offre jamais l’entière vérité.
Comme disait Zweig «La vérité à demi ne vaut rien, il la faut toujours entière.»



chatnoir 24/10/2011 21:26



Oui la version 1.0 a un côté noir et blanc avec en décor une statue géante de type soviétique et une fresque représentant "le peuple", un peuple fantasmé formé d'un ouvrier, un paysan, une 
infirmière... tous unis contre la menace impérialiste du grand capital.


Les autres plus flashy et en couleurs n'en ferment pas moins les yeux...



The Matrix 23/10/2011 21:36