On the road (3)

Publié le par chatnoir

fait suite à On the road (1) et On the road (2)

... En mangeant, je me disais qu'il était urgent de légiférer pour stopper la dérive. Au train où vont les choses, ce qu'on appelle "matreg choua", va devenir deux bouts de viandes enfilés sur un cure-dents. Il est urgent d'instaurer "une appellation d'origine contrôlée" taille, poids de la viande et son origine, quantité de graisse enfilée entre la viande ou le foie... Au niveau du goût, va encore, mais pour la quantité, on se moque de nous... Ce qui, heureusement, n'a pas changé c'est qu'El matreg se passe d'oignon, de tomates ou autres fruits secs avec lesquels on essaye de rattraper le goût de carton qu'a la viande ailleurs... La viande grasse idéalement cuite au charbon de bois suffit à elle même... nul besoin de fioritures... comme la véritable beauté se passe de maquillage... On badigeonne de Hrissa et on arrache la viande d'un coup  sec avec les dents... à la sauvage, on attaque le premier avec en tête le souci d'achever au trentième avant qu'il ne refroidisse... Ma mère n'étant pas là, je pouvais me permettre discrètement ce plaisir sans me faire remarquer des autres clients... oui, fallait être discret, j'étais tout de même dans la salle familiale... la partie la plus select de "mat3am essa3ada"...

 

Nous réintegrâmes sagement notre taxi. Le chauffeur en grillait une à côté pendant que les autres passagers s'installaient... un cure-dent à action sonore à l'oeuvre dans chaque bouche....

 

Le viaduc à proximité de Bouira est impressionnant, le plus grand d'Afrique dis donc... comme au bon vieux temps des plus grandes usines d'Afrique et des meilleures universités du monde arabe... ce bon vieux temps où pour passer Bouira, il fallait traîner derrière des gros camions qui ahanaient péniblement à 20 à l'heure dans la montée... souvenir d'enfant... des camions qui "nous pétaient dessus" et nous faisaient péter de rire... Aujourd'hui, on survole l'ancienne route à bonne altitude portés par un ouvrage d'art qui a dû en engloutir des milliards... devant la majesté de l'oeuvre, même "grande gueule" n'avait pas osé se l'ouvrir...

 

Quelques dizaines de kilomètres plus loin, l'autoroute se terminait... nous livrant sans douce transition à l'ancienne route aux embouteillages inextricables. Le ralentissement fut brutal et la gabégie bien de chez nous. Là où il y avait la place pour une seule file, trois s'en étaient formées et une quatrième tentait en vain de s'ajouter. Notre "débrouillard" de taxieur prit la tangente, Il s'octroya le droit de de rouler à droite hors de la chaussée. J'ai toujours rêvé d'en rencontrer un... je veux parler de ces gars qui déboîtent à la moindre contrariété routière et prennent le bas côté pour une chaussée de substitution. Malheureusment, personne, ni mes mes amis, ni aucun membre de ma famille proche ou éloignée n'avait jusqu'à ce jour avoué en faire partie. Maintenant que j'en tenais un ... là juste à côté fallait que je rentre dans sa tête et que je comprenne... Mais autant faire parler un des rochers de Lakhdaria... même sous la torture, ce gars ne lâcherait rien.

 

Par moments la circulation se figeait complètement nous donnant l'impression d'étouffer sous une chaleur plus pesante, écrasés par les sommets rocailleux des gorges... Mais au bord de la route, il n'y avait pas que des malheureux... les voitures roulant au pas génèrent une activité commerciale nouvelle... Autour de nous, le business de l'embouteillage battait son plein...

 

 

 

 

 

Publié dans Lebled

Commenter cet article

Farasha 08/10/2011 22:32



Mdr ,ton article m'a donné envi de manger du choua ,on est tjr surpris de voir une femme entrée chez un chouwaye  ...et pourtant je crois que c'est légitime d'etre carnivore dans un pays qui
ressemble de plus en plus a la jungle


comme toi j'ai assisté a l'évolution du "metrague" a Alger ,elyachir ou elkhroub (appelé mttiwga) et je suis pour une regulation du produit .



chatnoir 09/10/2011 19:12



Mttiwga... c'est mignon, j'ai déja mangé choua à Elkhroub où on le badigeonne quelquefois d'huile d'olive mélangé à de la moutarde.


 



The Matrix 27/09/2011 22:23


Par contre ce que j'avais pas remarqué, c'est que chanoir a commencé sa révolution facebookienne ;-)...attention...attention


chatnoir 28/09/2011 20:37



Pour ton premier com', c'est valable aussi pour la dénomination des états... dimouratiya cha3biya....


 


Pour Facebook... tu crois quoi toi? on suit son époque...



The Matrix 27/09/2011 22:20


Ne sois pas étonné chat noir.
En général plus un mot prolifère, plus le doute commence à s'installer ; à l'image de ce qu'on peut lire sur la première page de nos journaux "wataniya moustaqila" méfie-toi donc ;-)


El7arrag 25/09/2011 22:49


Il y a quelques mois, rou7t à Oum el Bouaghi avec trois potes. Nous avions mangé chouwa à Ain M'lila. Sans euphémisme, elmatreg kan fih 2 grammes de viande. Il faut croire que l'industrie du
chouwaa en Algérie n'a pas résisté à la crise financière internationale. Msaken.


chatnoir 26/09/2011 22:31



Ain Mlila, un autre haut de lieu de l'arnaque aux brochettes! Déciidément la contagion s'étend à tout le pays....



The Matrix 25/09/2011 16:44


Ça me fait toujours bizarre de retrouver quelques une de mes idées dans tes écrits. Ne serais-tu pas un de ces agents qui guettent les entrées/sorties de la Matrice ?
Toutefois, ceci prouve que je suis un ‘Bnadem’ normal qui sort par du lot. Et ceci quand je vois certaines des réflexions que je n’ose pas dire en publique, et je me contente de les développer
quand je suis sous la douche (au sens propre).
Je parle toujours du goût de carton qu’a la viande ailleurs. Aussi à une époque toutes les boutiques, échoppes…etc portent le nom ‘X Essa3ada’ où le X peut être : Doukane, Hanout, Hallaq,
Maqha….Etrangement et à la même époque on n’arrête pas de nous bourrer le crane avec ‘Le plus grand Y en Afrique’, le Y est éventuellement un : Usine, Université, Pont…etc
Et Bnadem dans tout ça ?

Pardon d'avoir été hors sujet


chatnoir 26/09/2011 22:28



Toi qui cherchait le bonheur... ou seulement à savoir s'il existe, je suis justement étonné que tu ne l'aies pas remarqué dans les enseignes de toutes ces échoppes...